Photo La liberté de la presse dans le monde : quels pays en retard ?

La liberté de la presse dans le monde : quels pays en retard ?

La liberté de la presse dans le monde : quels pays en retard ?

Dans la déclaration des droits de l'homme de 1789, la liberté est établie en première place des quatre principaux droits. Parmi eux, se trouve la liberté d'expression qui regroupe d'une part celle de la presse. Il est affirmé que chaque individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui lui implique le droit de ne pas en être inquiété, et de chercher, de recevoir ou de répandre les informations et les idées par un quelconque moyen d'expression.

Tendances de liberté de presse fortement limitées

Chaque année, un classement mondial est effectué sur le degré de liberté dont dispose la presse dans chaque pays. Basé sur les attaques pouvant porter atteinte aux journalistes ou la pression exercée sur ces derniers, ce classement est devenu une référence auprès des autorités publiques nationales. Initié par Reporters sans frontières (RSF), il liste les 180 pays et régions où les journalistes jouissent pleinement de leur droit.

Deux pays sont premier et deuxième dans ce classement. Il s'agit respectivement de l'Erythrée et de la Corée du Nord, où la censure est la plus forte du monde. Un journaliste dans ces terres est sujet à des tactiques allant de l'emprisonnement aux lois répressives au harcèlement de ce dernier. Dans la plupart des cas, la censure se limite au moins à la restriction d'accès à Internet.

Le climat médiatique est tellement oppressif que les reporters qui y travaillent, vivent dans la crainte d'être arrêtés. Ce qui a amené bon nombre d'entre eux à l'exil plutôt que de risquer une arrestation. Mais le plus représentatif de cette oppression est le nombre de personnes possédant un téléphone portable. Moins de 10% de la population de ces pays ont en leur possession cet appareil, ce qui montre les tactiques employées par l'Erythrée et la Corée du Nord pour exercer la censure.

D'autres tactiques de déstabilisation

Le reste du classement accueille un « géant économique » qu'est la Chine, où l'emprisonnement reste la principale forme d'intimidation utilisée contre les journalistes. Accusés de crime contre l'Etat, ce dernier accumule les régimes répressifs en monopolisant les médias, et pratiquant l'espionnage, tout en limitant le déplacement des journalistes dans le pays. Le Viêtnam, le Soudan, la Syrie, l'Arabie Saoudite ainsi que l'Iran complètent les pays les plus en retard en Asie. Seul l'Ethiopie et le Djibouti représentent l'Afrique censuré.

Voici donc la liste des 10 pays où la liberté de presse est fortement limitée. Il inclut la censure des informations, le blocage des sites Web, ainsi que l'enregistrement et la diffusion électroniques. De plus, les exigences relatives telles qu'une licence ou une autorisation pour pratiquer le métier sont restreintes.

Conditions dangereuses de liberté d'expression

Dans certains pays, notamment la Syrie, les conditions se trouvent être dangereuses pour exercer le métier de journaliste. Outre la censure et autres tactiques d'oppression, les causes sont la situation délicate d'un pays en guerre. Ces derniers sont parfois pris en otages, voire tués par des groupes de militants de l'Etat Islamique. Ici, la forme de liberté de presse ne concerne donc pas la censure, mais plutôt l'influence de qui est au pouvoir.

Autres articles

Quel est le rôle de la police judiciaire en France ?

Publié le 24/06/2020
Conformément à l'article 14 du code de procédure pénale français, la police judiciaire a pour fonction de constater les infractions à la loi...